La mobilité électrique un ECOSYSTEME en développement .


La mobilité électrique est un  ECOSYSTEME en développement . 

Cet ecosystème s'articule autour de trois pôles :
  • les véhicules: voitures, bus, camions.
  • les territoires: communes et leurs groupements, départements , régions, Etat
  • les acteurs: décideurs politiques, constructeurs et prestataires de services, citoyens.  


La voiture 100 %  électrique


La jamais contente établit son record le 29 avril 1899.
L'histoire de la voiture électrique, commence avec celle des batteries électriques de puissance il y a un siècle et demi. 
En 1900 aux Etats Unis sur 4192 véhicules fabriqué, 1575 sont électriques, 936 à essence et 1691 à vapeur. 
Alors qu'en 1899 "La jamais contente", du belge Camille Jenatzy, est la première voiture automobile à dépasser les 100 km/h en atteignant 105,88 km/h, aujourd'hui, les audacieuses TESLA atteignent les 100 km/h en 4 secondes. 
,
TESLA model S
Comment expliquer qu'il ait fallu 150 ans alors que les véhicules thermiques ont durant la même période énormément progressé ? Des explications nous sont proposées dans les documentaires de Chris Paine : Qui a tué la voiture électrique ? (2006) et La revanche de la voiture électrique

C'est sous l'impulsion du "Grenelle de l'environnement" et de la lutte contre les gaz à effets de serre que le véhicule électrique a pris un nouveau départ en France et que les constructeurs nationaux Renault et PSA ont proposé leurs nouveaux modèles électriques, essentiellement des utilitaires: Kangoo et Berlingo.
En 2012 l'Alliance RENAULT - NISSAN lance sur le marché la ZOé, VE le plus vendu en France, et la LEAF, VE le plus vendu en Europe et dans le Monde à ce jour.


La voiture 100% électrique un véhicule adapté à la mobilité en milieu rural. 



En 2013 il était entendu que la voiture électrique était, par son autonomie limitée, principalement adaptée au milieu urbain. Or la découverte de la LEAF grâce à mon concessionnaire Nissan m'a rapidement convaincu, à l'utilisation, que nous avions là une réponse pertinente aux difficultés de mobilité en milieu rural. Après avoir testé ses ressources dans leurs derniers retranchements ( cf:  Non le VE n'est pas qu'un véhicule urbain ! ) , j'entrepris de témoigner dans ce blog afin d'y partager mes expériences et questions avec celles d'autres utilisateurs et citoyens intéressés ou interrogatifs. 

______________________________________________________________________
D'où ces témoignages dans  "Le VE je le veux" 
_______________________________________________________________________

Les avancées technologiques font évoluer rapidement les performances des voitures et notamment leur autonomie. 
Ex : La LEAF 2012 avait une autonomie de 120 km, dans sa 2ème version 2014 elle était de 150 km pour atteindre 200 km dans la version 2016 . ( cf Essai comparatif  et Leaf 2016 : les 30 kWh qui changent tout )


Des territoires et des infrastructures :

La capacité actuelle des batteries, entre 20 et 30 kWh (excepté TESLA 70 à 85 kWh) nécessite un maillage de points de recharge  sur le territoire permettant des déplacements aller et retour supérieurs à 120 km.  

La recharge normale : elle se fait à domicile à l'aide d'un cordon de raccordement occasionnel (CRO) fourni par le constructeur qui se connecte sur une prise ordinaire type E de 220 volts ou une prise spéciale de type wallbox. 

La recharge accélérée : elle se fait sur des bornes publiques ou privées à l'aide d'un câble spécifique à chaque type de véhicule.

La recharge rapide : s'effectue sur des bornes équipées de connexions Chademo ou Combo à l'aide des câbles correspondants attachés aux bornes.



Pour une information plus détaillée consulter le site des ZELECTRICIENS  en cliquant sur l'image des tableaux ci-dessous:
 Source SCHNEIDER Electric
Source SCHNEIDER Electric donnant un ordre de grandeur. 
La recharge normale  ( < 3,7 kVA), la plus couramment utilisée à domicilemais qui nécessite d'avoir une prise accessible depuis le véhicule, correspond essentiellement à l'habitat individuel ou à des immeubles et locaux professionnels équipés de places de parking. D'une durée de 8 h à 10 h, pour une recharge complète de la batterie, elle représente un coût de 3 €, pour une somme moindre elle peut être programmée sur des tarifs "heures creuses".  
Elle couvre amplement les besoins de déplacements quotidiens, trajet domicile-travail, courses, transports des enfants à l'école et à leurs loisirs, etc .
A l'usage, la voiture électrique achetée bien souvent comme seconde voiture se révèle être la voiture la plus souvent utilisée. ( cf Et si on changeait le paradigme de la bagnole ?)  

Chargemap la carte permettant de situer les bornes 

La recharge accélérée ( < 22 kVA ), recharge d'appoint est proposée par des commerces et les collectivités locales dans le cadre des plans de déploiement des infrastructures de recharge . Elle est concue comme un service offert aux electromobilistes à l'occasion de stationnements consécutifs à des achats ou des visites touristiques. Une facturation modique est envisagée dans le futur associée à une necessaire interopérabilité permettant à l’abonné d’un opérateur de recharge ou de mobilité d’utiliser le réseau d’un autre opérateur au fur et à mesure de ses déplacements.  ( Cf le plan de déploiement gersois présenté ci après)
Une nationale "abandonnée"
heureusement qu'il y a Nissan.

La recharge rapide ( > 22 kVA ) , qui, grâce à des recharges de 80% de la batterie en 20 à 30 mn permet la mobilité à l'échelon régional. Malheureusement l'implantation de ces bornes est très inégalement répartie; le dispositif CORRI-DOOR a prévu un déploiement expérimental de 200 bornes sur les autoroutes. 


A souligner les investissements importants de NISSAN qui devrait déployer 400 bornes rapides en partenariat avec de grandes enseignes ( AUCHAN, IKEA, CORA, AVIA et BP ). 


Les superchargeurs TESLA ( 120 kVA) : Les Superchargeurs sont des chargeurs gratuits qui chargent la Tesla Model S en quelques minutes plutôt qu'en quelques heures. Les stations sont stratégiquement placées afin de limiter le nombre d'arrêts lors des longs trajets et sont situées à proximité de restaurants, de centres commerciaux et de points Wi-Fi. Chaque station contient plusieurs bornes afin de permettre de reprendre la route rapidement.

7 millions de points de recharge sont prévus pour 2030, la mise en oeuvre de ce déploiement des bornes de recharge passe aussi par l'implication des collectivités locales.


Le plan gersois de déploiement de bornes de recharge accélérée.


Le Syndicat d'Energies du Gers (SDEG) s'est vu déléguer par les communes le déploiement des 33 bornes de recharge accélérées et s'est associé avec 6 autres départements (Aveyron, Cantal, Corrèze, Lot, Lozère et Tarn) dans un groupement d'achat qui permettra d'alimenter les bornes avec de l'électricité certifiée "verte"

Les bornes ont été implantées dans les chefs lieu de cantons durant l'année 2016 .  Le VE je le veux avec ses partenaires,propose aux communes concernées des animations à destination des élus locaux et des habitants ayant pour but de faire découvrir la voiture électrique, de les sensibiliser aux apports économiques que ces bornes peuvent représenter pour leur territoire et à en préparer la signalétique conformément aux normes en vigueur.   


Un grand absent dans le schéma de déploiements : Les régions .

Si le schéma de déploiement, concu au niveau national, se décline au travers d'opérateurs nationaux polarisés sur l'équipement des métropoles et des axes autoroutiers  au niveau local ce sont les communes et leurs groupements, soutenues par les syndicats d'énergie départementaux, qui maillent leur territoire grâce aux aides financières apportées par l'Europe et l'Etat via l'ADEME. Un constat désolant quelques régions ont affiché quelques initiatives, des intentions, ( Nord Pas de Calais, Haute Normandie, Lorraine,  ) pour quels résultats ?

Pourtant la mobilité à l'intérieur des régions a été étudiée depuis longtemps et la place de la voiture surtout en milieu rural y est prépondérante, comment alors expliquer que la région ne se soit pas associé à ces démarches d'aménagement du territoire en y jouant un rôle de coordonateur et d'incitateur. Ses nouvelles compétences  au regard des transports, de l'environnement devraient aider à combler cette lacune. C'est pour cette raison que notre engagement citoyen nous a conduit à interpeller les candidats aux régionales sur les actions envisagées.  
Dès lors, on comprend bien que l'écosystème mobilité électrique, s'il s'appuie sur des véhicules et des territoires offrant des infrastructures est également très tributaire de l'implication des différents acteurs. 


Les acteurs de la mobilité électrique .

Les décideurs politiques :


Au niveau européen une directive établit un cadre commun pour les mesures visant à déployer dans l'Union les infrastructures, points de recharge por les VE et de ravitaillement pour les véhicules utilisant l'hydrogène.

A l'échelon national, depuis le Grenelle de l'environnement et la prise de conscience de l'impact négatif de la surcommation d'énergies fossiles sur le  climat et l'évolution de la planète, les politiques ont retenu la mobilité électrique comme moyen de sortir de l'impasse. 
Les débats parlementaires  qui ont précédé la promulgation de la loi sur la transition énérgétique en sont un exemple parlant.
ADEME, AFIREV

A l'échelon territorial, les sites d'implantation des bornes font l'objet de délibérations des instances locales auquelles il serait souhaitable que soient associés, à titre consultatif, les usagers. 

Les Constructeurs et prestataires de services :

L'Alliance Renault-Nissan est le leader mondial de la vente de véhicules électriques et contribue grandement à l'extension de marché. Renault au niveau de l'hexagone semble bénéficier d'une "rente de situation" avec les grands comptes, les collectivités et leur groupement d'achat UGAP
Nissan est beaucoup plus offensif et à compris que l'écosystème mobilité électrique nécessite d'investir dans les infrastructures et de s'appuyer sur les relais d'opinion et ses utilisateurs
TESLA avec ses berlines de luxe a le mérite par sa stratégie d'invasion de booster les autres constructeurs et particulièrement ceux de véhicules haut de gamme qui se voient obligés de réagir en ajoutant des voitures électriques à leurs catalogues : Audi, BMW ,Porsche, Chevrolet, Ford, Honda, Kia, Mercedes, Toyota ...) . 
Mention spéciale pour Bolloré et ses flottes citadines d'auto-partage.

Les Batteries: Principaux fabricants AESC, LG Chem, A123, Samsung, Tesla-PanasonicE4V .
Essentiellement batteries Lithium-ion, leur prix élevé 500 € par kWh, représente 30 à 35% du coût de la voiture, mais diminue progressivement, 1000 € le kWh en 2010, et pourrait atteindre 250 € à l'horizon 2020, si d'autres technologies en cours de développement viennent accélérer la baisse des coûts de production.

Les constructeurs de bornes de recharge: DBT-CEV, Schneider, Accor, e-Totem, Lafon, IER Bolloré, Mennekès, Cahors...     

Les energéticiens : EDF-SODETRELENGIE-Compagnie Nationale du Rhône

Les acteurs de la filière Hydrogène: Une des solutions pour accroitre l'autonomie des voitures électriques est le recours à la pile à combustible à hydrogène. Cette technologie qui a fait l'objet d'essais grandeur nature dans le nord de l'Europe a été validée par l'UE , et la France a défini son plan de déploiement des véhicules à H².  Alors que nos chercheurs, laboratoires et entreprises sont en pointe sur le développement de la filière hydrogène, on peut regretter l'absence de nos constructeurs automobiles aient encore une fois pris du retard.  (Cf Hydrogénés les français ?) .

Les utilisateurs et citoyens:

Le propriétaire et utilisateur de VE, est un "coopéracteur" de la transition énergétique qui doit être associé au débat public; il n'est donc pas qu'un simple consommateur, mais un citoyen impliqué dans un processus que les politiques tentent de faire aboutir à l'échelle mondiale dans le cadre de la COP 21. Par son investissement dans l'achat d'un véhicule 100% électrique, l'électromobiliste s'engage aussi de façon importante pour une idée, une cause faire diminuer la pollution et limiter le recours aux énergies fossiles ainsi que la production de CO² qui en découle et qui menace l'avenir de nos enfants et de la planète.

Sur Facebook :


  Jean Claude LE MAIRE (Décembre 2015)

Enregistrer un commentaire