1- pour notre ruralité qui ne bénéficiera jamais de réseaux denses de transports en commun,

 Campagne et montagne, compte tenu de leur faible densité d'habitat, ont accès à des transports collectifs à minima: une ou deux dessertes par jour, voir inexistantes . Ce handicap éloigne les actifs de ces territoires et accentue leur désertification.


Avec la mobilité électrique nous envisageons de : 

Maintenir des activités humaines et reconquérir les espaces ruraux :

  • Le maintien sur ces territoires ruraux d'une vie sociale et d'activités humaines nécessite une évolution des moyens de transport privilégiant le véhicule électrique  en auto-partage, co-voiturage
  • La société Helem à Auch développe des utilitaires dont  le Colibus M2 . NISSAN avec son fourgon e-Evalia peut satisfaire à cette problématique d'auto partage entre différentes communes par exemple.

Développer un tourisme plus convivial:

  • Les paysages, les espaces naturels ont tout à gagner du développement de l'électromobilité; les moteurs électriques n'émettent pas de polluants, leur silence ne perturbe pas la faune et les amateurs de nature. 
  • Les touristes se voyant offrir  la connexion pour la recharge des véhicules par les restaurateurs, les gîtes d'étape et autres chambres d’hôte leur accorderont une naturelle priorité.

Valoriser les potentiels énergétiques :

  • Aide au développement de coopératives photovoltaïques alimentant la recharge des VE.

Enregistrer un commentaire