samedi 7 octobre 2017

DRIVE THE FUTURE 2017-2022 : LE NOUVEAU PLAN STRATEGIQUE DE RENAULT S’APPUIE SUR DES RESULTATS RECORDS ET VISE UNE CROISSANCE DURABLE ET RENTABLE

Paris, le 6 octobre 2017 – Le Groupe Renault annonce aujourd'hui son nouveau plan stratégique sur six ans Drive The Future : ce plan permettra d'atteindre, à la fin du plan, un chiffre d'affaires annuel de plus de 70 milliards d'euros1, une marge opérationnelle du Groupe de plus de 7 % avec un plancher à 5 %, et un flux de trésorerie positif chaque année. Drive The Future incarne la vision du Groupe Renault : une mobilité durable pour tous, aujourd'hui et demain.
 Dans le cadre du plan Drive The Future, le Groupe Renault prévoit une hausse des ventes de plus de 40% pour atteindre plus de 5 millions de véhicules vendus, en comparaison des 3,47 millions2 de véhicules vendus en 2016. En parallèle, le Groupe étendra sa gamme produits, y compris véhicules utilitaires et nouveaux véhicules électriques zéro émission, et s'appuiera sur le succès de sa gamme Global Access. Ce plan entend également capitaliser sur la R&D et les économies d'échelle mondiales tirées de Renault-Nissan-Mitsubishi, la plus grande alliance automobile au monde, tout en préservant sa discipline financière et sa rentabilité.
 Drive The Future s'appuie sur les solides fondations établies par le dernier plan du Groupe Renault Drive the Change, qui a généré une croissance et un bénéfice d'exploitation records, accru les synergies de l'Alliance avec Nissan, renforcé les régions, élargi la gamme de produits et consolidé le leadership sur les véhicules zéro émission en Europe.
 Carlos Ghosn, Président-directeur général de Renault, a déclaré : « Le Groupe Renault est désormais un groupe mondial sain et rentable qui envisage l'avenir avec confiance. Drive the Future ambitionne de réaliser une croissance forte et durable en tirant parti des investissements dans des régions et produits clés, en capitalisant sur les ressources et technologies de l'Alliance et en améliorant notre compétitivité. S’appuyant sur l’engagement des hommes et des femmes de Renault, ce nouveau plan libérera tout notre potentiel pour innover et croître dans une industrie qui évolue rapidement. »
 Le plan inclut notamment les éléments clés suivants :
 Une croissance mondiale rentable :
- 21 nouveaux véhicules dont 3 additionnels 

- Renforcement de la présence en Russie grâce à l’implantation de Renault et des investissements dans AVTOVAZ (Lada) 

- Accélération des activités en Chine, nouvelles joint-ventures stratégiques dans les VE et les VU  

- Développement des activités au Brésil, en Inde, en Iran

 Des effets d’échelle et des technologies de l’Alliance pour soutenir la croissance :
- 4,2 milliards d’euros d'économies Monozukuri sur toute la durée du plan

- Plateformes communes – 80 % des véhicules du Groupe Renault 

- Investissements R&D – 18 milliards d'euros sur six ans, avec un effet multiplicateur grâce à l'Alliance 

- Véhicules connectés – 100 % de véhicules connectés sur les marchés clés 

- Véhicules autonomes – 15 modèles autonomes 

- Nouveaux services de mobilité – Mobilité à la demande « Ride-hailing », services de robots-taxis à la fin du plan

Et également les actifs clés du Groupe Renault :
- Mondialisation la gamme de véhicules utilitaires légers (VU) ; devenir un acteur global majeur
- Élargissement de la gamme Global Access du Groupe, dont le succès est déjà avéré 


- Leadership sur le véhicule électrique : 8 modèles électriques, 12 modèles électrifiés


- RCI Bank and Services – développement de la fidélité des clients et extension des services connectés et de mobilité
 Drive The Future comprend également des investissements dans la digitalisation à tous les niveaux du Groupe, le recrutement de nouveaux talents et le développement des compétences. Le plan vise à améliorer la compétitivité industrielle, réduire l'empreinte carbone du Groupe et améliorer sa durabilité.
  1  A taux de change du consensus bancaire de septembre 2017.  
2  Incluant Avtovaz consolidé le 31 décembre 2016.
____________________________________________________________________


Lors de la conférence de presse, Carlos Goshn a évoqué le projet d'Aibus de la batterie suggéré par le vice-président de la Commission européenne chargé de l'énergie, Maros Sefcovic :
"Est-ce qu'il faut faire des batteries en Europe ? Je pense que oui. Pourquoi ? L'industrie automobile est une industrie très importante pour l'Europe ... A partir du moment où les batteries vont devenir un composant majeur de la voiture de demain, il serait quand même dommage que l'industrie automobile, qui est une activité forte en Europe, abandonne ce composant ...Ceci étant dit, il ne faut pas que la batterie soit uniquement européenne, il faut qu'elle soit européenne et compétitive pour que les différents constructeurs puissent l'acheter ...Nous venons de céder les activités batteries de l'alliance...C'est aux fournisseurs de le faire... on l'encouragera, on le facilitera".
Enregistrer un commentaire