mardi 12 septembre 2017

Le véhicule électrique, un électrochoc pour l'industrie automobile (Les Echos)

La montée en puissance des moteurs électriques va rebattre les cartes du secteur.

Le véhicule électrique promet d'être la vedette du Salon automobile de Francfort, qui s'ouvre au grand public le 14 septembre. Alors que le scandale du « dieselgate » continue d'éclabousser les constructeurs, la plupart d'entre eux ont prévu d'y dévoiler de nouveaux modèles zéro émission. « Tout le monde s'y met ! » relève Rémi Cornubert, associé chez AT Kearney.
Rien que la semaine dernière,  BMW et Jaguar Land Rover ont tous deux précisé leur stratégie dans ce domaine : BMW va électrifier 25 modèles de sa gamme d'ici à 2025, tandis que le constructeur britannique prévoit que tous ses nouveaux modèles comporteront une version électrique dès 2020. Début juillet, Volvo a même été un cran plus loin en annonçant qu'il ne lancerait plus de voitures équipées seulement de moteurs thermiques à compter de 2019 : toutes seront équipées de motorisations hybrides ou 100 % électrique. « C'est la fin historique des voitures équipées d'un moteur seulement à combustion », avait alors affirmé Håkan Samuelsson, le PDG de Volvo.

Un sérieux électrochoc chez les grands constructeurs

De plus, après la France et le UK, la Chine vient d'indiquer qu'elle préparait un calendrier pour stopper la vente de véhicules à combustibles fossiles.
La disparition totale du moteur à combustion n'est certes pas pour demain : les experts tablent sur une montée en puissance progressive du véhicule 100 % électrique, et la plupart des constructeurs, y compris chez les pionniers de l'électrique comme Renault-Nissan, Toyota ou BMW, ne prévoient pas d'abandonner de sitôt le moteur thermique. Façade électrique et intérieur thermique, une vraie schizophrénie. .../...




Enregistrer un commentaire