vendredi 28 avril 2017

16 000 KM DE STEPPES, DE PISTES ET DE MONTAGNES POUR LA NISSAN LEAF

La Nissan LEAF sera le premier véhicule 100% électrique à participer au Mongol Rally, aux mains d’un team indépendant, et à parcourir 16 000 km environ depuis le Royaume-Uni jusqu’en Mongolie à l’été 2017. Plug in Adventures a conçu une version spécialement modifiée de la Nissan LEAF, équipée pour traverser les montagnes, déserts et les steppes d’Europe et d’Asie.

Surnommée LEAF AT-EV (Véhicule 100% électrique Tout Terrain), la voiture est basée sur une Nissan LEAF 30 kWh en finition Acenta, offrant une autonomie de 250 km (NEDC) en une seule charge. D’importantes modifications ont été apportées afin que le véhicule soit adapté à la traversée les régions les plus hostiles du parcours. 

La Nissan LEAF AT-EV 100% électrique est dotée de jantes Speedline SL2 Marmora et de pneus étroits Maxsport RB3 pour de meilleures performances hors du bitume. Afin de protéger davantage le véhicule sur les terrains difficiles, des plaques de protection, des durits de frein tressées, des pare-boue, ainsi qu’une plaque de protection du carter moteur ont été ajoutés. Enfin, pour assurer une bonne visibilité même dans les zones les plus isolées de l’expédition, les rails de toit accueillent désormais une barre lumineuse Lazer Triple-R 16 LED capable de produire 16 400 lumens.


A bord, plusieurs modifications de la LEAF AT-EV ont permis de réduire la masse du véhicule tout en ajoutant des espaces de rangement. La banquette et les ceintures arrière ont totalement disparu. L’avant de l’habitacle n’a subi aucune transformation. Un extincteur et un kit médical sont également présents dans le coffre. Ces transformations ont permis de diminuer le poids total du véhicule de 32 kg.


Chris Ramsey, fondateur of Plug In Adventures, a déclaré : « Le Mongol Rally constitue à ce jour notre plus grand challenge en matière de conduite d’un véhicule 100% électrique, mais cela fait des années que nous nous y préparons. Non seulement en roulant vers l’Est nous aurons de moins en moins de bornes de recharge à disposition, mais en plus les routes seront de moins en moins praticables. »

Il ajoute : « Pour ce Rallye, la Nissan LEAF fut un choix évident. Je connais très bien cette voiture, elle est très fiable et Nissan a développé le plus grand réseau de bornes de recharge rapide en Europe. Il est accessible gratuitement. Et comme la Nissan LEAF peut aussi se recharger sur n’importe quelle prise domestique, je pourrai toujours continuer à rouler même dans les régions les plus lointaines où je ne disposerai plus des options de recharge rapide. Mais il ne s’agit pas d’une course chronométrée : cette aventure est avant tout une expérience de voyage. J’ai hâte de prendre la route et de pouvoir partager une aussi longue expérience de conduite 100% électrique ! »

Gareth Dunsmore, Director of Electric Vehicles, Nissan Europe, a déclaré : « Depuis que nous avons lancé la Nissan LEAF 100% électrique en 2010, nos clients ont parcouru plus de 3 milliards de kilomètres. Ils ont ainsi économisé plus de 500 tonnes de CO2. Notre initiative « Electrify the World » permet de connecter les usagers de véhicules 100% électriques Nissan afin qu’ils partagent leurs expériences.»

Il a conclu : « Plusieurs propriétaires de Nissan LEAF tels que Plug In Adventures n’ont pas hésité à souligner combien les véhicules 100% électriques peuvent accomplir bien plus que les simples trajets du quotidien. Nous les félicitons pour cet ambitieux challenge et leur souhaitons un bon et agréable voyage. »

Avec plus de 260 000 Nissan LEAF sur les routes, la marque est le leader mondial de la mobilité 100% électrique. La Nissan LEAF est la voiture 100% électrique la plus vendue au monde.

À propos de Plug In Adventures
Plug In Adventures a été fondé en 2011 et est né d’une double passion pour l’aventure et les véhicules électriques. Basé en Écosse et composé d’un groupe de passionnés de la mobilité 100% électrique, l’objectif est d’échanger et d’interagir avec les usagers de façon originale afin de mettre en avant tout ce qui concerne les véhicules électriques.

Plug In Adventures n’hésite pas à soumettre les véhicules électriques à des conditions particulièrement difficiles de circulation. En septembre 2015, il ne leur a fallu que deux jours pour traverser les 2700 km qui séparent John O'Groats de Land's End aller-retour au volant d’une Nissan LEAF 24 kWh, en utilisant uniquement des bornes de recharge publiques et gratuites.

En avril 2016, ils ont parcouru la North Coast 500 à bord d’une Nissan LEAF 30 kWh. Cette route de plus de 800 km sillonne les Highlands d'Écosse. Elle est surnommée « La Route 66 écossaise ».

Le Mongol Rally constitue le point culminant de cette série d’aventures au volant d’un véhicule 100% électrique qui a permis à Chris de s’entraîner en prévision de ce Rally.


À propos du Mongol Rally
La Mongol Rally est un raid motorisé à vocation humanitaire à travers l’Europe et l’Asie. Il se déroule chaque été depuis 2004. Cette aventure a déjà récolté près de 6 millions d’euros pour des œuvres de charité.     

L’édition 2017 L’édition 201 débutera le 16 juillet. The Adventurists soutient la décision de Chris de participer avec la LEAF AT-EV. Elle deviendra le premier véhicule 100% électrique à tenter l’aventure tout en soulignant l’engagement de la société organisatrice en matière d’environnement et de développement durable.

À propos de Nissan en Europe

Avec l’une des plus fortes implantations sur le continent de tous les constructeurs étrangers, Nissan emploie plus de 17 000 personnes en Europe à travers ses centres locaux de design, R&D, production, logistique, ainsi que ses activités commerciales et ses opérations de marketing. L'an dernier, l'entreprise a produit dans ses usines au Royaume-Uni, en Espagne et en Russie, plus de 635 000 véhicules dont des crossovers primés, des utilitaires, et la Nissan LEAF, véhicule 100% électrique le plus vendu au monde. Poursuivant son but de zéro émission à l’échappement et zéro accident mortel sur les routes, Nissan a récemment annoncé le lancement de sa vision Intelligent Mobility. Conçue pour guider la technologie et le développement produit de la marque, cette approche à 360° du futur de la mobilité permettra d’engager d’importantes actions concernant la façon dont les véhicules seront alimentés, conduits et intégrés à la société. Nissan ambitionne de devenir la marque asiatique la plus attractive en Europe.

mercredi 26 avril 2017

TESLA étend son emprise sur le continent européen.

Tesla compte désormais 53 stations en France pour 390 points de charge, les ouvertures des Superchargeurs de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et d’Urvilliers (Aisne) précèdent les futures de Tarbes, de Villefranche de Lauragais et d'Andorre la Vieille. Un tel maillage du territoire permet aux électromobilistes en Tesla de trouver une borne de recharge Tesla dans un rayon de 130 km. 
Manifestement la marque prépare le lancement de son nouveau Model 3 prévu en fin d'année pour accueillir dans les meilleures conditions les milliers de clients européens, sur plus  de 400.000 réservations dans le monde, qui ont précommandé ce modèle.
 Ces superchargers privés délivrent actuellement 120 ou 145 kW par voiture et Elon Musk prévoit 350 kW voire 600 kW pour la mise en service de futurs bus électriques. 
Avec de telles vitesses de charges, l'électromobiliste moyen aura de plus en plus de mal à accepter que des TESLA viennent squatter, sans contrepartie, pendant des heures les bornes publiques qui délivrent péniblement du 22 ou 50 kW. 
Un code de bonne conduite s'impose.

Jean-Claude LE MAIRE
   




Le Name, l’événement branché en Sud-Vienne les 9 & 10 juin.

L’innovation et la mobilité électrique s’installe en Sud-Vienne. Les 9 et 10 juin, à Montmorillon (86500), le NAME -Nouvelle Aquitaine Mobilité Electrique- organise un centre d’essais de véhicules électriques ou hybrides, tous constructeurs confondus. 

Dans la continuité des éditions 2015 et 2016 autour du véhicule électrique organisées en partenariat avec EDF, le Club des Entrepreneurs du Sud- Vienne fait évoluer le concept en lui offrant une nouvelle identité et un lieu central renforçant son attractivité (place de la Victoire à Montmorillon). « La mobilité électrique n’est pas un effet de mode sur nos territoire ruraux. C’est même un levier de développement économique et de lien social » commente Thierry Lambert, président du CESV et organisateur du Name qui s’appuie notamment sur Connexion 22, la borne de recharge adaptable à tous les véhicules électriques, conçue par trois entreprises du Sud-Vienne réunies sous le nom d’Astragam. 
👉 Le 9 juin 2017, le Name sera ouvert aux entreprises et aux collectivités. 
L’occasion d’interroger la mobilité électrique comme axe de développement d’un territoire rural. En termes de levier d’innovation technologique, créatrice d’emploi autour des IRVE (infrastructures de recharge) ; de levier touristique avec le slow tourisme mis en évidence par l’arrivée sur le Name du « Tour de la Vienne des Véhicules électriques » le 9 juin ; en termes de service au public avec les initiatives de mise à disposition ou location de VE par des collectivités ou des structures associatives et plus généralement comme levier du développement durable à travers la promotion de la mobilité décarbonnée. 
👉 Le 10 juin 2017, le Name s’ouvre au grand public. 
Comme la veille, le centre d’essais de VE sera accessible à tous et la journée s’articulera autour de différentes animations. Initiation à l’éco conduite (en simulateur et en voiture école), ateliers scientifico-ludique autour du développement durable à destination du jeune public, l’exposition de l’Electrolette, un VE datant de 1941 et la présence du groupe musical « La Fanfare Electrique » tout au long de la journée. Un village CESV sera également adossé au centre d’essais. Innovations, technologies de pointe, savoir-faire locaux, produits « made in Sud-Vienne », Fablab du lycée Jean-Moulin et les deux minis entreprises du LP Raoul Mortier… Les entreprises du Club des Entrepreneurs du Sud-Vienne sont à l’image de leur territoire, fière de leur ruralité, moderne et branché ! 
Contacts 
Club des Entrepreneurs du Sud Vienne Thierry Lambert - 06 81 70 37 10 / t.lambert@sfel.fr Relations Presse NAME Laetitia Sardet - 06 77 03 87 27 / laetitia.sardet@gmail.com 


Teaser réalisé par : Ouideos - www.ouideos.fr

lundi 24 avril 2017

la Chine électrise le marché (Le Monde du 23 Avril)

Dans le pays, la voiture " zéro émission " est en plein boom . Un engouement qui profite avant tout aux marques du cru et oblige les étrangères à accélérer leur conversion

Il est loin, le temps où la Chine était l'eldorado des constructeurs étrangers. Le temps où il suffisait de s'associer à un partenaire local pour vendre des voitures un peu datées mais avec ce qu'il fallait de chromes sur la calandre et une banquette arrière assez accueillante pour y installer dignement la famille élargie. La Chine est devenue le marché automobile le plus disputé – pas moins de 106  constructeurs y jouent des coudes – où se livre une guerre des prix sans merci. Elle se mue également en marché de référence, là où se déterminent de nouvelles règles du jeu. A ceux qui en doutaient encore, le Salon de Shanghaï (21-28 avril) confirme que l'électricité sera l'énergie du futur. Et le mouvement s'accélère.
Alors que Volkswagen, General Motors ou Mercedes dévoilent des concept-cars électriques dont la commercialisation est attendue à partir de 2020, des marques chinoises bien moins réputées – BYD (Build Your Dreams), Geely ou Chery – lancent sans attendre des modèles affichant une autonomie de 300  km. Premier marché mondial avec plus de 25  millions d'unités en  2016, la Chine est le pays où l'on diffuse le plus de voitures électriques.  " En Chine, cela permet de répondre au mécontentement croissant face à la montée de la pollution urbaine, même si la voiture est loin d'en être seule responsable. C'est aussi un moyen de réduire la dépendance du pays aux importations de pétrole et de mobiliser un levier extraordinaire pour l'industrie automobile nationale ", souligne le représentant d'une marque française implantée en Chine. Des aides publiques importantes émanant de l'Etat et des autorités locales ont été mises en place (mais leur disparition est programmée). A Shanghaï, l'acheteur d'un véhicule électrique reçoit un bonus allant jusqu'à 10 000  euros.
Leur proportion est encore très minoritaire (1,8  %), mais bien supérieure à celle de l'Europe ou des Etats-Unis. Surtout, le gouvernement en a fait un objectif stratégique.
Jouer la carte de l'électrique présente l'intérêt de gommer le retard technologique dont souffrent les constructeurs chinois dans le domaine des motorisations classiques et de contourner la concurrence. Les marques du cru ont préempté un marché dont elles détiennent aujourd'hui 97  %, selon Reuters. Leurs véhicules sont certes loin d'être à la pointe du progrès mais les transferts de technologie (opérés dans le cadre des joint-ventures constituées avec des partenaires étrangers) permettent d'apprendre très vite. Bref, les marques chinoises ont un coup d'avance.

Les Français distancés

Dans ces conditions, le projet de réglementation annoncé fin 2016 par Pékin et consistant à imposer, dès 2018 ou probablement 2019, un quota croissant de véhicules propres à tous les constructeurs établis en Chine (8  % la première année, puis 10  % et 12  %) suscite une forte inquiétude chez les -Occidentaux. Les marques allemandes ont demandé un délai. Le gouvernement, lui, a annoncé la couleur : il veut que 5  millions de voitures propres soient diffusées d'ici à 2020. La pollution reculera en ville mais la question de l'origine de l'électricité produite sur le territoire chinois restera posée.
L'industrie automobile est bien placée pour le savoir : le durcissement des normes environnementales s'inscrit dans le sens de l'histoire. Même si elles empruntent des approches différentes, les réglementations américaine, européenne et chinoise sont parfaitement convergentes. Les ambitieux objectifs affichés (l'Europe veut réduire en moyenne à 95  g de CO2 par kilomètre à l'horizon 2020 les émissions des constructeurs) imposent de facto aux firmes automobiles d'électrifier, en totalité ou partiellement, l'essentiel des véhicules mis en circulation. Il en sera de même ailleurs.
Ce coup d'accélérateur annoncé n'a pas surpris les groupes français, qui prévoient de commercialiser en Chine des voitures hybrides sophistiquées ou électriques dans les trois ans à venir. Carlos Tavares, le président de PSA, qui constate l'arrivée " d'une lame de fond ", assure qu'en  2023, les quatre cinquièmes des modèles de son groupe seront disponibles en version électrifiée. Renault, qui a fait depuis plus de dix ans de l'électrique son principal credo, peut s'enorgueillir d'avoir hissé son alliance avec Nissan au rang de numéro un mondial. Mais il souffre d'avoir largement fait l'impasse sur les modèles hybrides et peine à capitaliser ses acquis.
En effet, c'est d'abord en misant sur le haut de gamme que l'on peut envisager de gagner de l'argent, comme le suggèrent les grandes marques premium allemandes, mais aussi le californien Tesla. Or, ni PSA ni Renault n'ont accès à cet univers. De même, malgré leurs efforts, les deux Français occupent des positions très minoritaires ou sont absents des grands marchés de la voiture électrique que sont l'Asie et les Etats-Unis. Renault lancera dans quelques mois une version de la Fluence électrique et, dans deux ans, un véhicule d'entrée de gamme réalisé avec Nissan et Dongfeng qui pourrait être conçu sur la base de la Kwid, le mini-SUV low cost de la marque au losange.
Nouvelle frontière du véhicule propre, la Chine – dont les acheteurs de voitures neuves sont surtout des trentenaires (en France, leur moyenne d'âge frise les 55  ans) – pourrait aussi devenir la locomotive d'une autre révolution. Celle de l'automobile connectée, qui transforme les voitures en smartphones roulants.
Jean-Michel Normand (Le Monde)

vendredi 21 avril 2017

Vacances d'avril 2017, en Leaf 30 kW par Fabrice Charrié

Encore un grand trajet de réussi !! Oui, voyager en VE est possible !
Trajet principal, aller/retour : Langon – St Couat d'Aude.
Puis, St Couat – Montagnac – St Couat.
Puis St Couat – Banyul sur Mer – St Couat.

Samedi 15 avril 2017 ; départ pour la première partie du voyage.
Tracé du parcours aller sur ChargeMap.
- Départ 07h00 pour Auchan Bias. Il fait 10° et on a 208 km d'autonomie. Arrivée à Bias à 08h28 pour 84,6 km fait, à 13,3 kWh de moyenne. Reste 59 % de batterie. Recharge de 12 mn, et on repart avec 176 km d'autonomie.

- Direction Lidl Moissac, où l'on arrive à 09h55. 63,3 km, pour 13,6 kWh de moyenne. Reste 56 % de batterie. Recharge de 11 mn, et on repart avec 180 km d'autonomie.
- Là, je décide de tester un peu l'autoroute, et une borne Sodetrel. J'ai par avance, commandé le badge Freshmile. Partant de Moissac, nous nous dirigeons vers la bretelle d'autoroute de Castelsarrasin.
Je me cale à 105 km/h GPS (115 au compteur). On va faire ainsi, environ, 55 km d'autoroute.
Profil du parcours aller sur ChargeMap.
- Arrivée à l'Aire du Frontonnais Sud, à 10h51. Conso de 17,0 kWh pour 48,1 km et 56 % de batterie restante. Recharge de 10 mn, pour repartir avec 137 km d'autonomie.
Sur place, une personne qui habite en Gironde à Cadaujac, vient discuter avec moi ; intrigué de voir un VE à cet endroit. Il est possesseur d'une Zoé. Mais roule en thermique pour les longues distances.
- On continue sur l'autoroute, direction Nissan Labège à Toulouse. On y arrive à 11h51, après un petit détour de notre amis GPS !!! En effet, n'aillant pas de numéro de rue, le GPS nous a envoyé vers le milieu. Mais au lieu de nous faire tourner à gauche vers Nissan, il nous a envoyé dans l'autre sens !
Bilan, 15 mn de perdu ! Arrivée avec 58 % de batterie, et 13,3 kWh de conso ; pour 47,4 km fait.
On recharge 17 mn, pour 192 km d'autonomie.
Leaf 30 kW de Fabrice.

Petite halte à Villefranche du Lauraguais, pour manger.
- Destination suivante ; Carrefour Carcassonne, pour un arrêt achat. Arrivée à 14h43, pour 85,8 km et 12,4 kWh de conso. Reste 47 % de batterie. Branchement en prise T3, pendant 20 mn. On repart avec 118 km d'autonomie.

- Arrivée à destination à 15h32. 26,8 km de fait, et 12,8 kWh/100. Reste 41 % de batterie. Nous aurons fait 356,2 km, dans la journée.

Dimanche 16 avril 2017 ;
Le lendemain, nous partons en direction de Montagnac (à côté de Pezenas), en passant par Montredon-les-Corbières, pour aller voir un concours d'agility. Comme on ne peut pas recharger sur place ; je fais un détour par le Auchan de Béziers. Arrivée après 67,7 km, pour 12,7 kWh de moyenne. Nous repartons avec 181 km d'autonomie. La température de ce trajet passe de 17° à 21°.
Nous allons jusqu'à l'étang de Thau, à Meze. Environ 14 km aller.
J'en profite pour emmener la belle famille, dans la Leaf, pour leur montrer ce qu'est un VE. Ils ont bien apprécié.
Retour à Montagnac, et retour pour nous, à St Couat d'Aude. On repasse à Auchan Béziers, où l'on arrive après 83,4 km pour 13,6 kWh. Départ avec 169 km d'autonomie. A 5 % de charge de notre départ, arrive une Zoé local. On discute avec le propriétaire, qui n'en reviens pas de la route que l'on fait. Un peu juste pour lui, avec sa Zoé.
74,6 km après, nous arrivons à notre « point de chute ». On branche dans le garage, pour une recharge complète.
Lundi 17 avril 2017 ; 
Direction Leucate et les environs. Nous partons avec la thermique de mes parents, car la borne de Leucate Ville, est en panne depuis pas mal de temps. Donc, j'ai pas voulu prendre de risque avec mes parents, puisque je savais qu'on allait rouler dans le secteur. Et sans recharge, à moins de gros détour, j'ai préféré être raisonnable.
Mais le lendemain, il me fallait prendre la Leaf ! Notre but : Collioure. Petit tour sur ChargeMap pour voir les bornes. Une à Auchan Perpignan, et une chez Nissan. Je choisis Nissan, étant plus confiant sur le risque de squattage de la borne.
Départ à 100 % pour 200 km d'autonomie. Nous passons par la route des Corbières. Ça tourne pas mal !! Arrivée chez Nissan après 92,1 km et 14,1 kWh de moyenne. On se branche, et je charge à 85 %, pour 164 km d'autonomie.
On repart direction Collioure, par de la voie rapide, puis de la montée et des lacées. Pas de soucis quand on conduit une Leaf ! Par contre, ça consomme un peu plus !!
Trop de monde à Collioure ; on décide d'aller jusqu'à Banyuls sur Mer, pour manger. Là aussi, y-a de la grimpette !! Après un bon restaurant, on repart pour Collioure, où l'on trouve un parking pour se garer. Petite visite, et c'est de nouveau le départ.
Deuxième charge chez Nissan Perpignan ; de 35 % (et oui, la montagne ça bouffe l'énergie) à 84 %.
Petite discutions avec la secrétaire à l’accueil, qui est étonné de notre voyage. Pas vraiment habitué à voir des gens en Leaf, faire autant de kilomètres. On arrive à destination, après un petit détour, par un magasin de produit local. Sauf qu'il ne me reste pas beaucoup ; mais ça devrait passer.
Après quelques achats, on arrive enfin. Il reste 13 % et 27 km d'autonomie !!! Petit signal d'alerte, d'ailleurs.
108,4 km de fait, pour 15,4 kWh de moyenne. On branche, et la voiture clignote de joie, de pomper enfin un peu de jus !!

Vendredi 21 avril ,
C'est le retour vers chez nous ! Voiture chargé à 100 % et 199km d'autonomie.
- Départ à 08h00, direction Nissan Toulouse.
Arrivée après 116,4 km pour 15,1 kWh de moyenne. Charge de 33 % à 90 %. Température de 7°.
- Direction Moissac, via le périphérique et l'A62. Arrêt à l'Aire du Fontonnais Nord, à la borne Sodetrel. Charge de 10mn, pour 91 %.39,2 km fait pour 15,0 kWh/100.
- On prend la sortie de Castelsarrasin, direction le Lidl de MoissacArrivée après 47 km pour 15,3 kWh/100. Il fait 11°. Petit détail ; la batterie est à 7 barres. Recharge de 5 mn, pour repartir avec 166 km et 20 % de plus.  Finalement pas vraiment utile, vu ce qu'il reste à l'arrivée suivant.
Arrêt repas sur le chemin.
- Arrivée à Auchan Bias, après 63,7 km et 13,3 kWh/100. Il reste 117 km d'autonomie. On aurait pu éviter l'arrêt à Moissac. Mais bon. On se branche, la charge démarre. J'arrête à 81 % et 177 km d'autonomie. 11 mn de charge. La batterie monte à 8 barres.
Particularité de ce site : Pendant la charge, je me dis que je vais mettre un petit commentaire. J'ouvre ChargeMap, et m’aperçois que la veille, quelqu'un a signalé la borne en panne !!! C'est mon jour de chance alors ; parce qu'elle fonctionne parfaitement !
- On arrive à la maison, après 83,7 km, pour 11,7 kWh/100. Reste 100 km d'autonomie, et 43 % de batterie. Il fait 18°.
Bilan : 1 211 km en 6 jours.
Je tiens à préciser, que j'ai mis un commentaire sur ChargeMap, à chaque borne où j'ai chargé.

Fabrice Charrié.
Tableau du trajet :

NDLR : Merci à Fabrice, pionnier de la mobilité électrique, pour ce témoignage qui illustre à la fois la nécessaire organisation que nécessite un voyage en VE, mais aussi l'offre croissante de solutions de recharge rapide qui rend réalisables de longs trajets dans des conditions acceptables. 
Un maillage du territoire à raison d'une borne rapide tous les 50 km assurera une plus grande souplesse dans l'organisation des déplacements et davantage de fluidité entre les recharges surtout si l'on tient compte de la croissance du parc de VE à venir. 
Dans quelques années avec l'accroissement des capacités des batteries et de la puissance de charge des bornes annoncée (150 - 300 kW ) ce type de témoignage fera sourire, mais ils auront fait partie des étapes nécessaires pour accompagner le développement de la mobilité électrique.  

Quelles propositions des candidats à la présidentielle 2017 sur la mobilité durable ? (AVEM)

jeudi 20 avril 2017

Renault livre 10 Twizy à l’Équipe Groupama Team France, lors de la 35ème édition de la Coupe de l’America

Hamilton, Archipel des Bermudes, 20 avril 2017 – Renault remet aujourd’hui 10 Twizy à l’équipe Groupama Team France en course pour la 35ème édition de la Coupe de l’America. Cette opération marque le lancement de Renault Twizy, leader des ventes électriques d’Amérique Latine, aux Bermudes. Ces Renault Twizy sont livrés à l’Équipe Groupama Team France pour leurs déplacements entre leur logement et le site de la Coupe de l’America.
Leader mondial du véhicule zéro émission et référence de la mobilité durable à l’échelle globale, l’Alliance Renault-Nissan a vendu plus de 430 000 véhicules électriques dans le monde, dont 100 000 unités commercialisées par la marque Renault uniquement. Renault est aussi le leader du véhicule électrique en Amérique Latine, avec la gamme zéro émission la plus complète du marché. Plus de 500 unités en ont été commercialisées depuis 2012, et Renault Twizy tient la tête  du classement de la région en tant que véhicule électrique le plus vendu. La gamme Z.E.* de Renault commercialisée en Amérique Latine comprend également la berline compacte ZOE – le véhicule électrique le plus vendu en Europe – et l’utilitaire léger Kangoo Z.E, leader également dans sa catégorie.
« Renault est fier de lancer son véhicule électrique zéro émission à l’occasion de la Coupe de l’America », affirme Olivier Murguet, Directeur des Opérations Amérique. « Tout comme les magnifiques voiliers participant à la Coupe de l’America,  Renault Twizy participe à la mobilité zéro émission* ».
« Renault Twizy est facile et agréable à conduire, très sûr, totalement silencieux et sans émission à l’usage. Il dispose également de larges ouvertures qui offrent une vue imprenable sur les paysages magnifiques de l’Archipel. En synthèse, un véhicule idéal et en totale harmonie avec cadre enchanteur des Bermudes », a affirmé Juan Duque Restrepo, Directeur des Pays Importateurs de la Région Amériques.
« Renault Twizy est la meilleure alternative aux transports publics et aux scooters en libre-service, tout en offrant une mobilité indépendante, sûre et efficace lors de nos déplacements aux Bermudes. Nous sommes très fiers d’être les premiers usagers de cette solution dans l’archipel, ainsi que de promouvoir l’impact positif des véhicules électriques visant à la protection de la nature environnante », a déclaré Louis Viat, responsable de la logistique chez Groupama Team France.


* Zéro émission à l’usage : ni émissions CO2 ni polluants atmosphériques réglementés lors de la conduite, conformément au cycle d’homologation NEDC, hors pièces d’usure.

Présentation du eRallye de Monte-Carlo 2017

Depuis que cette épreuve a pris lieu et place l’an dernier du Rallye Monte-Carlo des Energies Nouvelles et du  Rallye Monte-Carlo ZENN (Zero Emission – No Noise) au sein du calendrier du Championnat à Energie Nouvelle et Electrique de la FIA (CENE), l’Automobile Club de Monaco a continué de poursuivre avec conviction son rôle de précurseur et scellé définitivement son engagement dans le secteur des énergies nouvelles et du développement durable.
Réservée aux véhicules 100% Electrique, sans utilisation de prolongateur, 100% Hydrogène ou Mixtes Electrique/Hydrogène, dotés de 4 roues, immatriculés pour usage routier, d’un minimum de 2 places et de 5 maximum, cette épreuve est très prisée des constructeurs et préparateurs automobiles, venus démontrer pour l’occasion et en conditions réelles, le potentiel technologique et avant- gardiste de leurs véhicules. Un véritable défi également, que simples amateurs ou pilotes de notoriété, souhaitent assidument relever, c’est aussi la magie du eRallye Monte-Carlo !



mardi 18 avril 2017

Le 1er Tour de la Vienne Véhicules Electriques aura lieu les 8 et 9 juin

LES OBJECTIFS
L’objectif de l’événement est la promotion de la mobilité durable.
De manière plus précise, le Tour a ainsi pour vocation :
• De valoriser l’offre touristique départementale à travers ses principaux sites et ses paysages et de montrer que le tourisme en véhicule électrique apporte un agrément supplémentaire,
• De faire émerger la Vienne au niveau national parmi la communauté d’utilisateurs de véhicules électriques (et donc de leur donner envie de venir dans le département),
• D’inciter les acteurs touristiques à s’équiper de solutions de recharge pour leurs visiteurs,
• De sensibiliser les entreprises de la Vienne sur l’intérêt de passer progressivement à la mobilité durable.
La Vienne doit devenir une destination touristique Electrique-Friendly attractive.

LE CONCEPT
Ce Tour aura lieu en parallèle du NAME, le centre d’essais véhicules électriques organisé par le Club des Entrepreneurs du Sud Vienne (CESV), qui se tiendra à Montmorillon les 9 et 10 juin 2017.
Le Tour, ouvert aux entreprises et collectivités mais aussi au grand public, sera organisé le vendredi 9 juin avec un objectif de 40 véhicules.
C’est un rallye touristique sans notion de vitesse ni classement. Il est ouvert à tous véhicules électriques ayant au moins un pack batterie de 16 kWh. Les hybrides rechargeables (plug-in) et les véhicules électriques à prolongateur d’autonomie peuvent également s’inscrire. Les motos électriques, sous réserve d’avoir une autonomie suffisante, sont acceptées sur invitation.


LE PROGRAMME
Les participants seront regroupés le jeudi en fin d’après-midi sur la Technopole du Futuroscope, en partenariat avec l’hotel Alteora, pour les formalités administratives et une inauguration officielle.

Programme du vendredi 9/06
• un départ de l’Hôtel Altéora,
• des arrêts à Chauvigny et à Défi Planet,
• un passage à la mi-journée à Montmorillon (au moment de l’inauguration officielle du NAME),
• des arrêts sur le site Séché Environnement au Vigeant et au Parc de la Belle ,
• une arrivée à Poitiers.

LE PARCOURS
Le rallye utilisera prioritairement des petites routes touristiques notamment le long de la Vallée de la Vienne.
Ce parcours de 190 km valorisera les nouvelles autonomies des véhicules électriques et les infrastructures de recharge installées. On montrera que l’on peut se déplacer en véhicule électrique dans la Vienne sans difficulté.

Les inscriptions sont ouvertes sur le site de l’événement.


VW présente l'ID CROZZ au salon de Shangaï

L' ID CROZZ, ce nouveau concept car 100% électrique de Volkswagen proposerait une autonomie de 500 km, 4 roues motrices et un mode de pilotage automatique. Mise en production en 2020.

Le CROZZ ID a été conçu en tant que sportive zéro-émission, avec entraînement électrique à quatre roues tout aussi impressionnant en milieu urbain qu'il est sur les pistes. Le CROZZ ID délivre une puissance de 225 kW, atteint une vitesse maximale de 180 km / h et peut couvrir jusqu'à 500 km (NEDC) sur une charge de batterie. La batterie à haute performance peut être chargée à 80% de sa capacité d'énergie en 30 minutes en utilisant un système de recharge rapide (à alimentation en courant continu de 150 kW). 
La voiture concept passe en mode autonome en « ID pilote » lorsque le conducteur touche le badge VW sur le volant pendant trois secondes. Tous les instruments du véhicules concept et ses systèmes de contrôles sont entièrement numérique. 
Un smartphone sur roues ! L'information la plus importante est projetée dans le champ visuel par la réalité augmentée du conducteur. 

vendredi 14 avril 2017

Les moteurs propres arrivent à petite vitesse (Le Monde du 13 Avril 2017)

Plus autonomes, les récents modèles électriques et hybrides trouvent leur place au sein des flottes. Sans détrôner le diesel
Cent mille véhicules électriques ! C'est en début d'année que ce cap a été atteint faisant de la France le premier parc automobile électrique en Europe.
 Et depuis les ventes de ces modèles progressent encore puisqu'une hausse de 24 % est enregistrée sur le marché français, soit 7 000 nouveaux modèles électriques immatriculés sur les deux premiers mois. Cette augmentation des ventes est assurément due à l'arrivée de modèles affichant désormais une autonomie de 300  km en condition réelle d'utilisation. Il en va ainsi des récentes Renault Zoé, Nissan Leaf, Tesla Model S et bientôt de la nouvelle Opel Ampera-e dont le rayon d'action pourra même atteindre 350  km. La progression des ventes de voitures électriques n'est donc pas due au hasard, mais elle ne renverse pas non plus la tendance. Ces modèles ne représentent que 1,4 % des ventes de voitures neuves depuis le début de l'année et à peine plus de 1 % des ventes réalisées durant l'année 2016.

Manque de bornes de recharge publiques

Il n'empêche, dans les entreprises, on perçoit un frémissement en faveur des voitures électriques. Comme l'évoque Jean-François Chanal, directeur -général du loueur ALD Automotive, " l'offre de véhicules aux entreprises était bloquée par une autonomie réduite allant de 100 km à 150  km. Aujourd'hui, celle-ci passe à 250 km-300  km et cela va aller croissant désormais avec l'arrivée de nouveaux modèles. Il y a donc véritablement un mouvement en faveur des voitures électriques parmi les flottes ".
Extrait du Supplément du Monde du 13/0//17
dans lequel vous trouverez également deux
articles sur le développement de la
LLD (Location LongueDurée)
" Il est exact que ce surcroît d'autonomie proposé par les récents modèles électriques provoque un décollage des ventes. Dans la flotte de nos clients, les -véhicules électriques sont ainsi en hausse de 30 %, mais on -attend qu'une augmentation du nombre de bornes de recharge publiques permette d'accompagner ce développement de la voiture électrique dans les entreprises ", tempère François-Xavier Castille, son homologue chez Arval France.Une nuance que met également en avant Jean-Loup Savigny, directeur commercial et marketing de LeasePlan, pour lequel " les entreprises doivent tenir compte de l'ensemble des coûts avant de s'engager dans l'introduction de véhicules électriques et hybrides rechargeables dans leur parc. Des structures de recharge des batteries adaptées à l'utilisation des véhicules sont en effet nécessaires ".
Reste que cet intérêt croissant des flottes pour les véhicules électriques avait été déjà mesuré en  2016. Une étude de l'Observatoire du véhicule d'entreprise réalisée par CSA auprès de 2 369 entreprises françaises avait mis en lumière que 36 % des flottes d'entreprise interrogées avaient déjà intégré des -véhicules électriques, hybrides, plug-in ou carburant au GPL-GNV, et que 56 % envisageaient de le faire à leur tour. La plupart des loueurs longue durée ont su anticiper cette demande. Il en va ainsi d'Alphabet qui a enregistré ces dernières années des progressions allant de 30 % à 56 % de son parc électrique. Olivier Monot, son PDG, se félicite aujourd'hui qu'un véhicule électrique sur deux mis à la route par des loueurs appartienne à -Alphabet. " Encore faible en valeur absolue, cette accélération des ventes est importante pour nos activités. Ce parc de voitures électriques représente 1 123 unités, soit 1,26 % de notre flotte, quant aux modèles hybrides, ils représentent 1 439 véhicules. Mais, à moyen terme, nous envisageons que ces automobiles représentent 10 % à 15  % du parc ", explique Olivier Monot. Pour cela, il faudra compter avec les constructeurs. Selon Théophane Courau, PDG de -Fatec, société spécialisée dans la gestion des parcs des entreprises, " pour des kilométrages annuels au-dessous de 10 000  km, une -société peut proposer à son collaborateur l'usage d'une voiture électrique. Entre 10 000 km  et 20 000 km, une voiture hybride peut s'imposer. Toutefois, les entreprises aimeraient pouvoir disposer d'une offre de véhi-cules hybrides plus large. Ces modèles à caractère statutaire et relativement onéreux sont en effet souvent proposés comme voiture de fonction aux seuls membres du comité de direction des entreprises ".
Pour la plupart des loueurs spécialisés auprès des flottes d'entreprise, il y a bien une montée en puissance également des ventes de voitures hybrides rechargeables, lesquelles sont accordées aux collaborateurs parcourant peu de kilomètres, de l'ordre de 10 000 à 15 000. Toutefois, ce constat est troublé par les fluctuations récentes de la fiscalité qui pèse sur ces modèles. Le bonus dont ils bénéficiaient s'est considérablement réduit, et, comme tous les modèles essence, ce n'est pas avant 2021 qu'ils profiteront pleinement de la récupération de la TVA sur ce carburant.
Jean-Pierre Lagarde


______________________________________________________________
💥NDLR: Il est dommage que l'important coup de pouce fiscal offert aux entreprises qui passent au VE ne soit pas évoqué dans ce dossier. (Voir notre article à ce sujet)
______________________________________________________________

Nos exemples d'utilisations professionnelles: 

L'utilisation du véhicule électrique progresse dans les milieux professionnels : HENRI PRIMEURS

Témoignage de Marie, auxiliaire de vie à domicile.

La mobilité électrique en milieu rural favorise le maintien des activités économiques.

La tournée du boulanger en eNV200 : le futur aux portes de la Bigorre.

La mobilité électrique au service de l'Economie Sociale et Solidaire.

La Lomagne gersoise, un territoire d'@ccueil et d'excellence qui se convertit à l'électromobilité.

Recharger ailleurs peut être très pédagogique ! (Philippe Guiton, Chauffagiste)

mardi 11 avril 2017

1000 km en VE en 8 h 21 avec la Quantino de NanoFlowcell ?


Plus loin ? Plus vite ? Plus écologique ? Aucune voiture électrique ne parcours 1.000 km en 8 h 21 ! Si ! Son nom est QUANTiNO et elle fonctionne avec une pile à combustible.

Par un début de soirée à la fin de Décembre, lorsque les représentants du département de développement nanoFlowcell se réunissent à Zurich avec les ingénieurs d'un grand fabricant automobile asiatique. Les mises à jour technologiques occasionnelles avec l'industrie sont généralement loin de la routine, mais ce soir particulièrement ce devrait être un genre très spécial de réunion. La délégation se trouve autour d'une table pour  dîner et suit avec intérêt les exposés faits par Nunzio La Vecchia, le chef de la technologie de nanoFlowcell Holdings, qui explique l'importance de son dernier progrès dans la recherche.

En Octobre dernier, nanoFlowcell Holdings a annoncé une percée dans la recherche sur les cellules flux - ils ont finalement réussi à obtenir un contrôle variable des cellules d'écoulement. Les premiers tests du QUANTiNO ont démontré le dynamisme sans restriction et à la stabilité du système d' entraînement même sans  supercondensateurs. (voir article précédent)

Dispensée des supercondensateurs, qui étaient auparavant utilisés comme stockage tampon pour réguler le flux d'énergie dans les applications mobiles, la solution offre une énorme réduction de poids et de coût dans la conception des systèmes d'entraînement électriques. Plus simplement, cela signifie que les voitures électriques peuvent coûter moins cher à l'avenir que les véhicules thermiques actuels - et beaucoup moins que les voitures électriques actuelles.

Découvrez le récit de cette nouvelle étape dans le développement de la technologie NanoFlowcel qui aurait permis à la Quantino de parcourir 1000 km en 8 h 21

à suivre ...

Mise en service de la première station de recharge H2 en France produisant de l’hydrogène vert sur site !

Le 11 Avril 2017, la station de recharge d’hydrogène du projet FaHyence a été officiellement mise en service en présence de M. Roland Roth, Président de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences (CASC) et de Didier Vaucois, Délégué Régional EDF Grand Est, ainsi que des partenaires du projet et des utilisateurs de véhicules à hydrogène. Il s’agit de la première station de recharge pour véhicules de France permettant de produire sur site et à la demande de l’hydrogène à partir d’énergies renouvelables pour une mobilité durable ! 
Ce résultat est le fruit de deux années de collaboration étroite entre la CASC, EDF, McPhy et EIFER, qui ont associé leur expertise pour concevoir, dimensionner et construire une installation unique en France : la station est équipée d’un électrolyseur, qui produit de l’hydrogène sur site à partir d’électricité verte et d’eau. Symbio a livré dix véhicules de type Kangoo H2 à différents utilisateurs publics et privés qui utilisent désormais l’hydrogène pour leurs activités professionnelles quotidiennes. 

LE CONTEXTE 

Dans le cadre de la transition énergétique, la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences a réalisé un plan climat qui inclut un axe stratégique autour de la mobilité bas carbone, dont l’hydrogène. Le « projet FaHyence » consiste à créer une station-service multi-énergies permettant aux usagers de recharger les véhicules électriques à l’électricité ou à l’hydrogène produit sur place. Une station de remplissage GNC est également à l’étude. La CASC est le propriétaire et l’exploitant de la station. 

LE PROJET 

EDF, au travers de sa Délégation Régionale Grand Est et de sa R&D, ainsi que l’institut EIFER, ont codéveloppé le démonstrateur et apporté leur expertise technique à la CASC, du dimensionnement des équipements à l’installation de la station, en passant par la recherche de financements et le développement d’un système de monitoring et de pilotage intelligent. L’électricité peut ainsi être consommée pendant les pics de production d’énergies renouvelables, en dehors des heures de pointe de consommation. EDF fournit également la station en électricité verte garantie par des certificats d’origine. 
McPhy a conçu, fabriqué et intégré le premier système hydrogène en France couplant un électrolyseur innovant à haute efficacité énergétique et une station hydrogène d’une capacité de 40 kg / jour. Adaptée à différents modèles de véhicules et en capacité d’effectuer 25 recharges / jour à 350 bar, cette station contribue à développer la mobilité hydrogène transfrontalière avec l’Allemagne et le Benelux grâce à des recharges effectuées en quelques minutes. Autonome, le système électrolyseur – station est configuré pour déclencher la commande de production d’hydrogène en automatique et permettre la disponibilité en continu de l’équipement. McPhy accompagne la CASC dans l’exploitation des équipements tout au long du projet et a également fourni une station hydrogène temporaire pendant la phase de conception et de construction. Symbio a développé un véhicule hybride rechargeable (électrique/hydrogène) de type Renault Kangoo ZE, équipé d’une batterie de 22kWh et d’une pile à combustible de 5kW qui intervient comme prolongateur d’autonomie et recharge en temps réel la batterie. Cette solution permet de doubler l’autonomie du véhicule, qui passe de 150 à 300 km. La batterie peut être rechargée sur le réseau électrique lorsque le véhicule est à l’arrêt ou par la pile à combustible installée dans le véhicule. Un Kangoo ZE-H2 peut embarquer 1,8kg d’hydrogène et se recharge en quelques minutes sur une station H2. FaHyence s’inscrit dans le cadre du projet européen H2ME, financé par le programme européen FCH JU, qui vise à déployer 29 stations-services à hydrogène et plus de 300 véhicules d’ici 2020. 

< Le projet FaHyence contribue ainsi à accélérer la transition énergétique dans les déplacements en apportant une solution concrète de mobilité durable, tout en répondant aux besoins des utilisateurs particuliers et professionnels en termes d’autonomie et de temps de recharge. Enfin, il renforce l’ancrage européen du territoire, qui dispose de la première station à hydrogène française positionnée sur l’un des principaux corridors de mobilité européenne, au carrefour de la France, de l’Allemagne et du Benelux. 




À propos de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences
La Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences (CASC) est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre situé sur la frontière du Grand Est et de l’Allemagne. Elle compte 38 communes pour 66 000 habitants, dont une ville centre Sarreguemines.
« Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV), la CASC a fait le choix d’intégrer progressivement dans ses politiques une approche climatique et énergétique transversale. Ainsi, depuis près de huit ans, un important programme d’actions est mis en œuvre localement pour développer des projets à l’aune de la transition énergétique et du développement économique du territoire et pour sensibiliser les citoyens aux thématiques du développement durable. Bénéficiant du soutien de ses partenaires locaux, la Communauté d’Agglomération a décidé de privilégier, en termes de mobilité durable, des solutions alternatives et innovantes telles que l’hydrogène pour réduire ses émissions de GES et positionner son territoire sur les secteurs à fort potentiel de croissance. http://www.agglo-sarreguemines.fr

À propos d’EDF
Acteur majeur de la transition énergétique, le Groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergies et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé sur l’énergie nucléaire, l’hydraulique, les énergies nouvelles renouvelables et le thermique. Le Groupe participe à la fourniture d’énergies et de services à environ 37,1 millions de clients, dont 26,2 millions en France. Il a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires consolidé de 71 milliards d’euros.1er investisseur industriel dans la Région Grand Est, EDF investit plus d’un milliard d’Euros par an sur ce territoire. EDF est partenaire des collectivités territoriales autour de la thématique de la transition énergétique : c’est la raison de notre engagement pour favoriser de nouveaux modes de transport associés à la mobilité électrique comme à travers cette expérimentation locale. En plaçant l’innovation et la recherche au cœur de sa stratégie, le Groupe EDF démontre son savoir-faire et son implication dans les territoires. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris. https://www.edf.fr

À propos d’EIFER
Créé en Septembre 2001, l’institut EIFER – European Institute for Energy Research est un groupement européen d'intérêt économique (GEIE) entre Electricité de France (EDF) et Karlsruhe Institute of Technologie (KIT). EIFER est situé à Karlsruhe, en Allemagne, et emploie 100 personnes de différentes nationalités, avec des compétences multi- disciplinaires. En partenariat avec d’autres centres de recherches internationaux, EIFER a pour mission de générer de la valeur pour ses deux membres et leurs partenaires respectifs : villes, collectivités et communautés locales, acteurs industriels. Les activités d’EIFER s’articulent autour de trois priorités stratégiques, les villes durables, l’analyse des systèmes énergétiques et le développement de technologies d’énergie locales. Une équipe d’environ 15 chercheurs travaille dans l’hydrogène et les piles à combustibles. https://www.eifer.kit.edu/

À propos de McPhy
Spécialiste des équipements de production, stockage et distribution d’hydrogène, McPhy contribue au déploiement mondial de l’hydrogène propre comme solution pour la transition énergétique. Fort de sa gamme complète dédiée à l’hydrogène énergie, à la mobilité zéro émission et à l’hydrogène industriel, McPhy offre à ses clients des solutions clés en main adaptées à leurs applications de stockage et valorisation des surplus d’électricité d’origine renouvelable, de recharge de véhicules électriques à pile à combustible et d’approvisionnement en matière première industrielle. Concepteur, fabricant et intégrateur d’équipements hydrogène depuis 2008, McPhy dispose de trois centres de développement, ingénierie et production en Europe (France, Italie, Allemagne). Ses filiales à l’international assurent une large couverture commerciale à ses solutions hydrogène innovantes. http://www.mcphy.com


À propos de Symbio
Symbio est le leader français de la mobilité de l'hydrogène proposant des solutions permettant d’allonger l'autonomie des véhicules électriques. Ces véhicules permettent de réduire la pollution de l’air dans les villes et de contribuer à une économie à faible émission carbone. Symbio développe des véhicules électriques-hydrogène (Kangoo ZE-H2) ainsi que des systèmes de pile à hydrogène (de 5 kW à 300 kW) pouvant être intégrés à tous types de véhicules pour une utilisation opérationnelle identique aux moteurs à combustion interne. Symbio a positionné l’hydrogène d’origine renouvelable au cœur de sa stratégie de développement. Symbio s’engage ainsi sur le développement d’une filière hydrogène propre, en participant à différents programmes de développement très pointus aux côtés de partenaires clés dans l’industrie et la recherche, tels que le CEA, ENGIE et Michelin. http://www.symbiofcell.com
financements.jpg
« Ces activités ont reçu un financement de l’Union Européenne dans le cadre du programme HORIZON 2020 à travers le Fuels Cells and Hydrogen Joint Undertaking sous la convention de subvention n°671438.
Le contenu de ce document relève entièrement de la responsabilité de ses auteurs, l’Union Européenne n’est pas responsable de l’utilisation qui peut être faite des informations contenues dans ce document. »

lundi 10 avril 2017

La NISSAN LEAF enlève le haut...

La Nissan LEAF enlève le haut : au baseball, il est de tradition que les joueurs entrent sur le terrain à bord d’un véhicule spécialement transformé, nommé bullpen car.


Nissan est ainsi de retour au sein du stade de baseball de Yokohama, où la marque parraine l’équipe des DeNA BayStars.  Spécialement transformée en version découvrable, un modèle unique de Nissan LEAF 100% électrique va donc devenir la nouvelle bullpen car des matchs de baseball disputés au Yokohama Stadium quelque 20 ans après les Nissan Be-1 et S-Cargo.

Les véhicules Nissan tels que la Be-1 et le S-Cargo ont déjà joué le rôle de bullpen car au Yokohama Stadium dans les années 90. À partir du printemps 2017, la Nissan LEAF 100% électrique soutiendra donc les releveurs sur le terrain. « Nous sommes ravis de revenir au Yokohama Stadium, symbole emblématique de la ville où Nissan a vu le jour », a déclaré Asako Hoshino, senior vice president de Nissan Global. « Nous avons hâte d’apporter notre soutien aux BayStars. »

Lancée en 2010, la Nissan LEAF est le véhicule 100% électrique le plus vendu au monde avec 260 000 unités écoulées. Pour le marché japonais, la Nissan LEAF est fabriquée au sein de l’usine d’Oppama, et ses batteries sont conçues au Zama Operation Center. Enfin, les pièces maitresses de la Nissan LEAF, comme le moteur électrique, sont fabriquées au sein de l'usine Nissan de Yokohama.

A propos de Nissan Motor Co., Ltd.

Nissan propose une gamme complète de véhicules de plus de 60 modèles sous les marques Nissan, Infiniti et Datsun. Au cours de l’exercice fiscal 2015, Nissan a vendu plus de 5,4 millions de véhicules à travers le monde, générant un chiffre d'affaires de 91,9 milliards d’euros environ. Nissan conçoit, fabrique et commercialise la Nissan LEAF, véhicule 100% électrique le plus vendu de l’histoire. Basé à Yokohama au Japon, le siège social de Nissan est responsable de six régions différentes : ASEAN & Océanie ; Afrique, Inde & Moyen Orient ; Chine ; Europe ; Amérique Latine ; Amérique du Nord. Nissan est partenaire du constructeur français Renault depuis 1999 et de Mitsubishi Motors depuis 2016 au sein de l’Alliance Renault-Nissan .