jeudi 29 mai 2014

Rapport au Sénat sur la Proposition de loi facilitant le déploiement d'un réseau d'infrastructures de recharge de véhicules électriques sur l'espace public



Nos observations:
Si l’accès à la charge rapide 24h/24 constitue à l’évidence le moyen de lever le frein psychologique qui entrave l’achat et l’utilisation du V.E., l’implantation de ces bornes de recharge rapide sur des autoroutes ne parait pas pertinente
ou tout le moins une priorité pour les raisons suivantes :

  • 1°- elles ne présentent pas grand intérêt car, la consommation d’un VE est proportionnelle à sa masse mais surtout au carré de sa vitesse de déplacement. Prétendre rouler à 130 km/h sur une autoroute avec un VE c’est s’exposer à réduire son autonomie à 60-80 km, soit aux 2/3 de celle réalisable sur une route nationale.
  • 2°- cela multiplierait les arrêts pour recharger, à raison de 20 mn toutes les demi-heures ou ¾ d’heure ? Peu de chance de séduire les usagers !
  • 3°- rouler au ralenti sur une autoroute pour être sur d'arriver à la prochaine borne serait très accidentogène.
  • 4°- les conducteurs de V.E. ont intégré un autre rapport à la vitesse et adoptent une conduite beaucoup plus souple et bénéfique à la sécurité routière.
  • 5°- l’utilisateur de V.E. n’est pas un « mangeur de bitume » il ne va s’aventurer qu’occasionnellement dans des raids de plus 300 km A/R, outre les déplacements trajet travail,  il a besoin d’être rassuré sur la possibilité d’aller faire une virée avec sa petite famille sans qu’elle soit obligé de pousser la voiture au retour. 
Les aides financières à l'implantation de bornes doivent, au contraire des dispositions existantes, favoriser plutôt l'implantation de bornes rapides.

Pour suivre l'avancée des débats 
La vidéo des débats du Mardi 3 Juin diffusée sur Public Sénat.

Enregistrer un commentaire