jeudi 16 février 2017

2017 va marquer une nouvelle étape pour le Groupe Univers VE : le déploiement à grande échelle du COLIBUS.

Pour accompagner cet essor et répondre ainsi aux demandes de nos clients, nous avons choisi de recentrer notre communication autour de la marque de notre produit phare, COLIBUS, et d’adopter une nouvelle identité visuelle. 
Le logo COLIBUS conserve les couleurs originelles de la société tout en affirmant son appartenance au Groupe Univers VE avec l’apparition de nos « virgules » communes aux logos du groupe Univers VE et de la société E4V (Pôle batterie du Groupe).  
Le nom de domaine, utilisé pour le site Internet (www.colibus-ve.eu)

Avec son châssis ultraléger, le Colibus est un véhicule électrique innovant, sur les segments du 8m³ et du transport frigorifique 5,5m³, qui permet des performances d’exploitation exceptionnelles. Le Colibus a été conçu en collaboration avec les professionnels de la logistique et est particulièrement adapté aux livraisons du dernier kilomètre en milieu urbain. 
Dès la conception de sa gamme de véhicule, Colibus a intégré une logique très poussée de développement durable autour de 3 axes :

  • La légèreté
Issue d’un passé reconnu dans le sport automobile, la marque Helem a toujours été synonyme de performance et de légèreté.
Colibus illustre parfaitement ce savoir faire, matérialisé par le brevet L-EM Tech®, qui, associé aux solutions Powertrain by E4V®, accède à des performances inégalées.
Ainsi il n’est plus nécessaire de choisir entre capacité d’emport, vitesse et autonomie.

  • Des matériaux nobles, durables et recyclables
L’aluminium est le matériau principal de la technologie L-EM Tech®.
Conçus pour une durée de vie de plus de 20 ans, nos véhicules démontrent que performance et durabilité sont synonymes.

  • Une gestion intelligente de la consommation d’énergie
Le poids et la consommation d’énergie sont intimement liés.
Toutes ces technologies vous permettent de vous brancher sur une prise domestique standard, chez vous, dans votre entreprise… et de recharger 20% par heure connectée. 

mercredi 15 février 2017

Ordan(32) - Camboulit (46) 200 km en Leaf avec une batterie 30 kWh et une borne de recharge rapide, le confort !

A l'invitation d'Albert Marty, le leafer lotois venu participer à la découverte du Savès inaugurant le slow-tourisme gersois, j'ai animé un atelier débat à Cajarc (46) sur le thème de l'utilisation de la voiture électrique en milieu rural. Nouvelle occasion de comparer, sur le même trajet effectué il y a un an, la Leaf 24kWh et la version 30 kWh. 

Les 6 kWh supplémentaires qui changent tout:

Pour cette nouvelle virée en terre lotoise je bénéficiais du prêt d'une Leaf 30kWh mise à ma disposition pour le week-end par la sympathique dream team de Nissan à Auch, Olivier et Julien. 
L'autonomie de 200 km que j'avais eu le plaisir de découvrir lors du 1er France Electric Tour me permet d'envisager sereinement les 204 km à parcourir, dont une bonne partie à travers le causse, pour rejoindre Camboulit dans la banlieue de Figeac. Pas besoin, comme avec la Leaf 24 kWh, de passer par Cahors où Christian Le Gaillard (Nissan Cahors) m'avait permis de changer de monture pour terminer l'étape. 


Ces 6 kWh supplémentaires apportent une confortable autonomie qui permet de rayonner très facilement au niveau de la région dès lors que de plus en plus de bornes de recharge rapide sont accessibles; dans ce cas c'est celle d'AUCHAN à Montauban qui me permettra de compléter ma batterie à 80 % par une charge d'un quart d'heure. 

Un nécessaire maillage de bornes de recharge rapide tous les 50 km. 

La mobilité électrique, compte tenu de l'augmentation de capacité des batteries et du nombre de voitures en circulation,  suppose que les conducteurs aient à leur disposition, sur les grands axes qui quadrillent notre pays, des bornes de recharge rapide tous les 50 km afin de "biberonner" durant un quart d'heure les compléments de recharges nécessaires au trajet à effectuer. Un tel maillage permet en effet d'éviter les files d'attente puisque chacun pourra choisir entre plusieurs bornes disponibles sur son parcours; il autorise une tarification adéquate incitant à des recharges courtes dès lors que l'électromobiliste à la certitude d'avoir d'autres possibilités de compléments de recharge devant lui. 
Sans un tel maillage tout les 50 km la facturation serait vite prohibitive puisqu'elle découlerait d'une nécessité de "remplir" le plus possible la batterie par insuffisance de points de charge, et y provoquera immanquablement ces files d'attente que voudraient éviter les opérateurs. 
Le Directeur de la Fédération Départementale d'Energies du Lot, Jean-Clair Fayolle a perçu tout l'intérêt pour un département touristique d'offrir un bon maillage du département en bornes rapides en en implantant 39 sur son territoire.   

La recharge sur borne rapide ralentit à partir de 80 % de la batterie

Arrivée à Auchan Montauban avec 50 % de batterie pour 106 km soit une consommation de 14,6kWh au 100 km qui me permettraient de terminer mon parcours de 202 km d'une traite .
Par précaution et confort, en 15 mn sur la borne DBT je récupère 30 % de charge, 10% par 5 mn sous 391 Volts et 106 Ampères. 
Par contre une fois atteint les 80% de la batterie, comme le montrent les photos ci-dessous, l'intensité du courant diminue fortement, passant de 106 A à 70 % à 44 A pour 90 %, ralentissant progressivement la vitesse de charge.

































La LEAF se faufile délicieusement  à travers les 100 km de causse lotois 

Le trajet Ordan-Camboulit : 202 km

Les dénivellés du parcours.
Fiche technique prévisionnelle du voyage sur Green Race, conso 14 kWh/100km

Les magnifiques routes du causse lotois se prêtent parfaitement au VE.

Arrivée chez Marie et Albert nos charmants hôtes du WE.

Jean-Claude LE MAIRE

L'automobile expérimente le stockage électrique (Le Monde 14/02/2017)

A lire, l'article d'Eric Béziat paru dans Le Monde du14 02 2017 

McPhy Energy accélère son développement et devient McPhy

Alors que la transition énergétique mondiale est devenue une réalité irréversible  McPhy Energy a confirmé le potentiel commercial de son offre sur les marchés en plein décollage de la mobilité zéro-émission et du stockage d’énergie renouvelable. Pour accompagner son entrée dans une phase de croissance accélérée durable, McPhy Energy devient McPhy et adopte une nouvelle identité visuelle.
La Motte-Fanjas, le 14 février 2017 - McPhy, le concepteur, fabricant et intégrateur d’équipements hydrogène pour les secteurs de l’énergie, du transport et de l’industrie, a capitalisé sur la pertinence de ses solutions de valorisation des surplus d’électricité renouvelable et de recharge de véhicules électriques à hydrogène pour répondre aux nouveaux enjeux de la transition énergétique. Le nouveau nom et la nouvelle identité visuelle du Groupe renforcent son positionnement d’acteur industriel incontournable de la filière hydrogène.
« Nous avons la conviction que le vecteur hydrogène est clé pour déployer les énergies propres et relever les défis du monde moderne : réussir la transition énergétique en répondant aux enjeux environnementaux et de santé publique, ainsi qu’aux exigences de performance économique en créant de la valeur localement. C’est cette conviction que nous affirmons et partageons aujourd’hui à travers nos outils de communication », explique Pascal Mauberger, Président Directeur Général.

Une nouvelle identité fidèle aux valeurs fondatrices de McPhy et résolument tournée vers le futur

Simplifié pour plus de dynamisme, le nom devient une marque à part entière.
L’inclinaison du logo, symbole d’une entreprise résolument engagée dans l’énergie, a été conservée. La typographie a quant à elle été modernisée. Equilibre d’angles aigus et de courbes, elle incarne à la fois l’expertise technologique et l’innovation, mais aussi la proximité de McPhy avec ses clients et partenaires
Le bleu historique McPhy est revisité dans une teinte plus profonde exprimant la stabilité du projet d’entreprise porté par le Groupe. Un marqueur graphique « M » aux teintes colorées vient compléter l’identité. Ludique et modulaire, ce marqueur est construit par superpositions et combinaisons de couleurs. Il reflète la diversité des stratégies de transition énergétique déployées par les acteurs de l’énergie et la flexibilité des solutions sur-mesure que leur apporte McPhy pour répondre à leurs enjeux.

McPhy affiche ses ambitions

McPhy voit son "energy" historique intégrée dans une signature qui exprime son projet d’entreprise : "Driving clean energy forward". Stabilisant le logo et lui apportant un complément de sens, cette signature est un engagement fort envers les équipes, clients et partenaires de McPhy :
« Depuis sa création en 2008, McPhy concentre son expertise dans le déploiement de l’hydrogène renouvelable afin de faire avancer partout dans le monde avec ses clients les énergies propres. Notre nouvelle identité visuelle et notre signature "Driving clean energy forward" s’inscrivent dans la continuité de nos valeurs fondatrices et ancrent McPhy dans une nouvelle phase de son histoire. », conclut Pascal Mauberger, PDG de McPhy.

À propos de McPhy

Spécialiste des équipements de production, stockage et distribution d’hydrogène, McPhy contribue au déploiement mondial de l’hydrogène propre comme solution pour la transition énergétique.
Fort de sa gamme complète dédiée à la mobilité zéro émission, à la valorisation des excédents d’électricité renouvelable et à la production d’hydrogène propre sur site pour des applications industrielles, McPhy offre à ses clients des solutions clé en main adaptées.
Concepteur, fabricant et intégrateur d’équipements hydrogène depuis 2008, McPhy dispose de trois centres de développement, ingénierie et production en Europe (France, Italie, Allemagne). Ses filiales à l’international assurent une large couverture commerciale à ses solutions innovantes.

McPhy est coté sur Euronext Paris (compartiment C, code ISIN : FR0011742329, code mnémonique : MCPHY, éligible PEA-PME).

mardi 14 février 2017

Déploiement de bornes en Occitanie : le LOT choisit la recharge rapide pour 39 bornes.


































La Fédération Départementale d'Energies du Lot a lancé le déploiement des bornes de recharge en s'inscrivant d'ores et déjà dans un futur proche : "Les prochaines générations de véhicules électriques sur lesquels travaillent les constructeurs possèderont des batteries d’une capacité de 45 à 60 kWh à l’horizon 2020. Des trajets de 300 à 500km seront possibles, le temps de recharge complet de ces véhicules sur la voirie publique ne sera «acceptable» qu’avec des bornes de recharge rapide en nombre suffisant."
Pour consulter la notice de présentation de la FDEL cliquez sur le lien : Irve Lot 46

lundi 13 février 2017

Rouler en électrique pourrait être moins cher qu’en essence à l’horizon 2024 (CCFA)

Grâce aux progrès de la technologie et à la baisse des prix, rouler en électrique pourrait être moins cher qu’avec une voiture à essence à l’horizon 2024, révélait fin 2016 une étude commandée par le Beuc, l’association européenne de défense des consommateurs, qui voit dans la décennie 2020-2030 une « convergence », en moyenne, des coûts associés à l’achat et à l’utilisation des voitures équipées de moteurs thermiques et de celles roulant à l’électricité.
Ces dernières sont actuellement plus chères à l’achat, et souvent subventionnées. Leur autonomie reste en outre encore bien inférieure à celle des voitures à moteur thermique, et recharger une batterie demeure bien plus long que faire le plein de carburant. « D’ici à 2024, le coût total de possession [achat et fonctionnement] moyen d’une voiture électrique pourrait égaler celui d’une voiture à essence » sur le Vieux continent, assure le Beuc dans son rapport. Dans le cas des voitures diesel, les courbes se croiseraient en 2030. « En outre, d’ici à 2030, toutes les motorisations, sauf celles fonctionnant avec des piles à combustible à hydrogène, coûteront moins cher à acquérir et à faire rouler sur quatre ans qu’une voiture à essence de 2015 », selon la même source. De telles économies, « malgré une hausse des prix du pétrole et de l’électricité », seront obtenues « avant tout par la réduction des coûts des motorisations de pointe », est-il ajouté.
C’est tout le pari de nombreux constructeurs, à commencer par l’Américain Tesla, qui construit une usine géante de batteries dans le Nevada pour abaisser le prix unitaire des accumulateurs par effet d’échelle. Confrontés à des normes d’émissions de plus en plus strictes, en particulier en Europe, les constructeurs multiplient les annonces sur l’électrique. Volkswagen vient ainsi d’afficher ses ambitions de devenir le numéro un mondial de l’électrique d’ici à 2025. Toyota, pionnier de l’hybride, a décidé de lancer un programme électrique en parallèle de ses efforts dans l’hydrogène. Sans parler de Renault et Nissan, leaders mondiaux actuels des ventes de voitures fonctionnant sur batterie, souligne l’AFP.
Plusieurs constructeurs (Tesla, Volkswagen, Ford) ont annoncé d’ici à la fin de la décennie actuelle des voitures de moyenne gamme capables de couvrir 500 km entre deux recharges, soit environ le double des performances actuelles. En attendant, les ventes restent confidentielles : moins de 1 % des véhicules neufs immatriculés dans le monde. Et ce alors que de nombreux pays les subventionnent, dont la France, qui propose un « superbonus » de 10 000 euros pour la mise au rebut d’un vieux véhicule diesel.

PS : Sur le sujet voir également notre article reprenant l'étude réalisée au Québec

jeudi 9 février 2017

En janvier, le VE je le veux ! 🙌, le VE je le veux !🙌, le VE je le veux ! ..🙌

Suivant les statistiques publiées par l'AVEM la mobilité électrique fait une forte percée en ce début d'année 2017.
Cliquer sur l'image pour accéder à l'article complet sur le site de l'AVE de M.

Les voitures électriques, sous l'impulsion de la nouvelle ZOé de Renault, explosent les statistiques avec une progression de + 63% ! 

Par contre pour les utilitaires la progression est plus faible ( +12,6 % )mais gageons que le coup de pouce fiscal accordé par la loi de finances 2017 produira ses effets quand les services comptables des entreprises auront intégré les nouvelles dispositions portant le plafond des amortissements à 30.000 € pour les VE

Cliquer sur l'image pour accéder à l'article complet sur le site de l'AVEM.




mercredi 8 février 2017

Table ronde sur le réseau de recharge pour véhicules électriques (Assemblée Nationale 08/02/2016)

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo

Le développement du marché des véhicules électriques dépend largement de la mise en place d’un réseau d’infrastructures de recharge. Depuis la loi Grenelle II, plusieurs textes législatifs et réglementaires ont cherché à favorisé le déploiement d’un tel réseau. Ce fut le cas, en particulier de la loi n° 2014-877 du 4 août 2014, issue d’une proposition de loi examinée par la commission des affaires économiques sur le rapport de Mme Frédérique Massat.
La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe un objectif de 7 millions de bornes privées à horizon 2030. Le groupe Bolloré est devenu, en février 2015, le premier opérateur de bornes de recharge « de dimension nationale », reconnu par décret. Deux autres opérateurs ont obtenu cette reconnaissance : la Compagnie nationale du Rhône et Sodetrel (filiale d’EDF).
Le 12 janvier 2017, le Premier ministre a pris un décret assurant la standardisation des points de recharge sur l’espace public. Ce texte a vocation à devenir le texte de référence et intègre différentes mesures issues de la règlementation européenne relative au déploiement d’une infrastructure pour carburant alternatif.
La table ronde a été l’occasion de faire le point sur le bilan du déploiement du réseau, sur les engagements des opérateurs et sur les enjeux futurs de ces infrastructures pour les réseaux de transport et de distribution d’électricité.

L’Alliance Renault-Nissan affiche une croissance importante en 2016 et étend son record des ventes de véhicules électriques

  • L’Alliance a vendu 9 961 347 véhicules en 2016, soit un véhicule sur neuf dans le monde.
  • L’Alliance confirme sa position de leader du véhicule zéro émission* à l’usage ; les ventes mondiales cumulées de véhicules électriques s’élèvent à 424 797 unités.
  • 18 ans de partenariat : un accélérateur d’innovation pour le véhicule du futur.
PARIS (8 fév. 2017) — L’Alliance Renault-Nissan affiche une croissance importante en 2016, avec 9,96 millions de véhicules vendus à travers le monde Le groupe automobile a également renforcé son leadership sur le marché du véhicule zéro émission avec des ventes cumulées de près de 425 000  voitures électriques depuis le lancement de la Nissan LEAF en 2010, suivie par la Renault ZOE.
Les chiffres de l’Alliance incluent les ventes de Mitsubishi Motors, soit 934 013 véhicules dans le monde. Mitsubishi Motors a rejoint l’Alliance à l’automne dernier quand Nissan a acquis une participation de 34 pourcent dans cette entreprise.
« La convergence de Groupe Renault, Nissan Motor et Mitsubishi Motors crée une force nouvelle dans le secteur automobile. » a déclaré Carlos Ghosn, Président-Directeur général de l’Alliance. « La puissance de ce partenariat innovant, entamé il y a 18 ans, nous a permis d’améliorer notre compétitivité, d’accélérer notre croissance et de s’engager dans la course pour concevoir le véhicule du futur. »
Les marques de l’Alliance ont vendu près d’un véhicule sur neuf dans le monde l’an dernier.
Le Groupe Renault a affiché des ventes en hausse de 13,3 pourcent avec 3 182 625 unités vendues en 2016 pour la dernière année du plan Drive the Change, ce qui représente une quatrième année consécutive de croissance avec une augmentation record de 374 000 véhicules par rapport à 2015.
Les marques Renault et Dacia ont toutes deux enregistré des volumes de ventes record. Les ventes de Renault Samsung Motors ont quant à elles bondi de 38,8 pourcent. La part de marché comme les volumes de ventes sont en hausse dans toutes les régions du monde, et la marque Renault devient N° 2 en Europe.
Nissan Motor Co. Ltd. a également franchi un record avec 5 559 902 voitures et utilitaires commercialisés à travers le monde, soit une hausse de 2,5 pourcent. Aux Etats-Unis et en Chine, l’entreprise a vu ses ventes augmenter de 5,4 pourcent et 8,4 pourcent respectivement, établissant ainsi de nouveaux records sur ces deux marchés. Infiniti a vendu plus de 230.000 unités en 2016, en hausse de 7 pourcent comparé à l’année précédente. En décembre, Infiniti a vendu 27 200 véhicules, en hausse de 18 pourcent par rapport à l’année précédente.
Mitsubishi Motors a commercialisé 934 013 véhicules dans le monde, en baisse de 13 pourcent. Les ventes ont augmenté aux Etats-Unis et en Australie, mais cette hausse a été contrebalancée par un recul des immatriculations au Brésil, en Russie et au Moyen-Orient. Les ventes au Japon ont également été affectées par une moindre confiance des consommateurs suite aux interrogations sur la consommation de carburant.
A travers son partenariat avec Mitsubishi Motors, Nissan s’attend à des gains de synergie à hauteur de 24 milliards de yens sur l’exercice 2017, pour atteindre 60 milliards de yens sur l’exercice 2018 et au-delà. Ces gains permettront d’augmenter la valeur du bénéfice par action d’environ 4 yens par titre sur l’exercice 2017 et de 10 yens par titre sur l’exercice 2018 – en sus de tout accroissement de bénéfices en lien avec l’entrée de Nissan au capital de Mitsubishi Motors.
Les ventes d’AVTOVAZ, qui commercialise ses véhicules sous la marque Lada, se montent à 284 807 unités. L’Alliance Renault-Nissan et AVTOVAZ réunis vendent environ une voiture sur trois en Russie.


Maintien de la position de leader du véhicule électrique


L’Alliance Renault-Nissan avec Mitsubishi Motors affichait fin 2016 des ventes cumulées de 424 797 véhicules électriques, ce qui en fait le leader incontesté de la mobilité zéro émission.

La Nissan LEAF, première voiture électrique de série destinée au grand public, continue de dominer le marché mondial du véhicule électrique avec plus de 250 000* unités écoulées depuis son lancement en décembre 2010.
A côté de la LEAF, Nissan commercialise aussi le e-NV200, un véhicule utilitaire léger commercialisé en 2014, distribué essentiellement en Europe et au Japon.

Depuis 2011 Renault a vendu plus de 112 000 VE à travers le monde, dont la Renault ZOE, le Kangoo Z.E., la Fluence Z.E., la SM3 Z.E. et la Twizy.
Renault s’est imposé comme numéro 1 sur le marché européen du véhicule électrique l’an dernier, avec des ventes en hausse de 11 pourcent à 25 648 unités (hors Twizy). La ZOE se classe en tête du palmarès avec 21 735 exemplaires vendus. Et Renault Pro+ vient d’annoncer que deux nouveaux véhicules  utilitaires allaient bientôt étoffer sa gamme : le Nouveau Kangoo Z.E. et le Master Z.E.
Si l’on inclut la série i-Miev de Mitsubishi Motors, l’Alliance Renault-Nissan a vendu 94 265 véhicules électriques en 2016, soit une hausse de plus de 8 pourcent par rapport à 2015.
* Y compris les ventes de Venucia E30 en Chine. Pas d’émissions de CO2 et pas de rejets de polluants règlementés en condition de conduite, conformément au cycle d’homologation NEDC.


Accélérer l’innovation pour concevoir le véhicule du futur


En 2016, l’Alliance Renault-Nissan a pris plusieurs initiatives pour accélérer le développement de la voiture de demain, qui sera électrique, autonome et connectée.
L’Alliance prévoit de lancer au moins 10 modèles équipés de fonctions de conduite autonome d’ici 2020. Le développement et les tests de connectivité et de technologie de conduite autonome sont en cours avec plusieurs partenaires, dont Microsoft,  et la NASA.
« Nous étions les premiers à annoncer le lancement d’une voiture électrique abordable en 2010. D’autres constructeurs automobiles majeurs reconnaissent aujourd’hui que les véhicules électriques sont la solution zéro émission la plus performante » constate M. Ghosn. « Avec la conduite autonome et les véhicules et services connectés, nous sommes fermement engagés dans la course pour concevoir le véhicule du futur ».

Les 10 premiers marchés de l’Alliance

Pays
Total des ventes
Part de marché
Etats-Unis
1.660.690
9,47%
Chine
1.472.588
5,48%
France
738.344
30,52%
Japon
625.409
12,58%
Russie*
494.073
34,64%
Mexique
449.406
28,02%
R.-U.
336.533
10,96%
Allemagne
319.739
8,89%
Italie
262.167
12,99%
Espagne
247.661
18,71%
* Y compris AvtoVAZ


Les 10 premiers marchés de Groupe Renault

Pays
Total des ventes
Part de marché
France
651.778
26,90%
Allemagne
198.609
5,50%
Italie
190.610
9,40%
Espagne
170.272
12,90%
Turquie
169.236
17,20%
Brésil
149.977
7,50%
R.-U.
138.642
4,50%
Inde
132.235
4,00%
Russie*
117.227
8,20%
Corée du Sud
111.087
6,20%
 * Ventes AvtoVAZ en Russie : 284.807 unités


Les 10 premiers marchés de Nissan

Pays
Total des ventes
Part de marché
Etats-Unis
1.564.423
8,90%
Chine*
1.354.552
5,00%
Japon
534.392
10,80%
Mexique
403.286
25,10%
R.-U.
170.999
5,60%
Canada
134.153
6,90%
Russie
93.781
6,60%
France
81.454
3,40%
Allemagne
80.332
2,30%
Australie
67.638
5,70%
 * Dont la marque Venucia


Les 10 premiers marchés de Mitsubishi Motors

Pays
Total des ventes
Part de marché 
Etats-Unis
96.267
0,50%
Japon
85.716
1,70%
Chine
82.758
0,30%
Australie
73.360
6,20%
Indonésie
67.397
6,30%
Philippines
59.480
15,10%
Thaïlande
55.409
7,20%
Allemagne
39.089
1,10%
E.A.U.
29.958
9,20%
Royaume-Uni
26.892
0,90%

A propos de l’Alliance Renault-Nissan 
L’Alliance Renault-Nissan est un partenariat stratégique entre le Groupe Renault, basé en France, et les entreprises Nissan Motor et Mitsubishi Motors, basées au Japon. En 2016 ces constructeurs ont à eux trois commercialisé 9,96 millions de véhicules dans près de 200 pays – soit plus d’un véhicule sur 9 vendus dans le monde. L’Alliance a noué des collaborations stratégiques avec d’autres fabricants, dont l’Allemand Daimler et le Chinois Dongfeng. Elle détient également une participation majoritaire dans la coentreprise qui contrôle AVTOVAZ, premier constructeur automobile de Russie. L’Alliance est leader dans le domaine du véhicule zéro émission et développe des technologies de pointe en vue de proposer la conduite autonome et des services de connectivité sur une gamme de véhicules accessibles à tous.